Historique

L'église au début du XXème siècle (coll. E.Cordé)
L'église au début du XXème siècle (coll. E.Cordé)

Bref historique de l'église

Reverend Percy C. Clarke, prêtre de l'église anglicane de 1895 à 1904. (Coll. St-Bartholomew's Church)
Reverend Percy C. Clarke, prêtre de l'église anglicane de 1895 à 1904. (Coll. St-Bartholomew's Church)

L'arrondissement de Dinard est connu pour être très prisé des anglo-américains, et ce depuis le XIXème siècle, comme peuvent en témoigner encore aujourd'hui de nombreuses et belles villas. C'est dans cette période de forte croissance de la population anglo-américaine que nous voyons naître l'église Anglicane Saint-Bartholomew de Dinard, en 1870, grâce à la générosité de William Faber (qui contribua, à la fois, au financement de l'édifice et au don du terrain où est construite l'église), en mémoire de sa mère Mrs Lyona Faber, sans oublier d'autres généreux donateurs dont Sir Philip Egerton. Il était prévu que Napoléon III et l'Impératrice Eugénie viennent inaugurer l'église, mais la déclaration de guerre entre la France et la Prusse ne permit pas cette inauguration, tant et si bien que l'édifice ne fût inauguré qu'en Novembre 1871. Cette église, totalement indépendante de la commune de Dinard, était la propriété de William Faber, qui en fera don plusieurs années après, à trois paroissiens membres du conseil paroissial.

La proportion toujours croissante de la population anglo-américaine amena à une seconde campagne de travaux avec l'agrandissement de l'édifice en 1893. C'est lors de cette campagne de travaux que l'on songea à doter l'église d'un orgue à tuyaux, le conseil paroissial (auquel appartient l'église) fit appel au facteur d'orgue anglais, Alfred Oldknow.


Alfred Oldknow

(Coll. Société Archéologique de Guernesey)
(Coll. Société Archéologique de Guernesey)

Alfred Oldknow (1848-1912), bien énigmatique que cet homme dont on ne sais que bien peu de choses. Néanmoins, nous savons qu'il est né en Angleterre à Nottingham, qu'il apprit le métier chez Bevington à Londres, qu'il s'associa ensuite avec ses confrères Maley et Young, pour créer la firme Maley, Young and Oldknow. L'association tourna vite court et Oldknow s'établi alors en indépendant et s'installera durant quelques années sur les îles anglo-normandes de Jersey et Guernesey, puis il retourna en Angleterre en se fixant à Londres, pour en fin de compte retourner à Jersey, où il décédera (dans le quartier de St-Hélier). 

Fin harmoniste, il était également organiste et de ce fait il participait très souvent à l'inauguration de ses orgues, où il dévoilait son talent d'improvisateur. Alfred Oldknow était bien plus harmoniste que mécanicien, ainsi la beauté de l'harmonie de ses orgues comble les duretés et défauts de ses mécaniques ! Son tempérament d'artiste ne lui permis pas non plus de maintenir une manufacture de façon rigoureuse, d'où des banqueroutes et recréation d'atelier entre l'Angleterre et les îles anglo-normandes.

 

Mais Alfred Oldknow, pu construire 4 orgues en Bretagne, mais seulement deux aujourd'hui ont survécu aux temps et aux modes, et purent préservé leur style d'origine. En Angleterre et sur les îles Anglo-normandes, nous trouvons quelques orgues de sa main, mais malheureusement la grande majorité a subi des modifications, voir même une reconstruction complète.


L'Orgue Anglican Dinardais

 

Alfred Oldknow livra en 1894/1895 à l'église Saint-Bartholomew de Dinard, un orgue de 13 jeux sur 2 claviers et un pédalier. La façade est peinte comme le veut la tradition anglaise Victorienne, la composition des jeux est elle aussi typique de la tradition anglaise, et se veut avant tout conçue pour l'accompagnement des hymnes anglicans et les chœurs.

Mystérieusement, 2 registres restent en attente à la console (un jeu au Great et un jeu à la Pédale), Alfred Oldknow avait-il prévu d'ajouter 2 registres supplémentaires ultérieurement ? Aucun indice à l'intérieur de l'instrument ne nous permet d'apporter des éléments de réponse.

 

L'orgue n'a été que très peu altéré depuis sa construction, nous notons principalement divers interventions de maintenance et dépoussiérages au fil des époques.

 

Une première modification a été réalisée par François Claus (de Rennes) en 1922, qui transforme le système de traction mécanique des notes de pédale en traction pneumatique, et installe une soufflerie électrique. En 1928, c'est au tour de James Ivimey (de Southampton) d'intervenir sur l'instrument pour un nettoyage.

 

Il faut attendre 1967 pour voir un relevage complet de l'instrument (grâce à la ténacité du Révérend de l'époque, Karl S. Cate), avec quelques modifications dans la composition des jeux, sur les conseils de Jean Langlais et Marie-Louise Girod-Parrot. Les travaux sont effectués par la Manufacture Beuchet-Debierre, qui en profite pour baisser le ton de l'instrument (plusieurs paroissiens s'étant plaint du ton trop élevé) en soudant les encoches d'accord et en ajoutant des bagues. Les travaux furent réalisé avec un budget relativement serré ce qui permit de préserver l'instrument de toute autre modification comme l'ont subis d'autres instruments à la même époque, sans omettre également le souhait de la paroisse de conserver la personnalité d'un instrument qui leur est cher.

Donc, malgré ces quelques minimes modifications de jeux, la personnalité de l'instrument est restée la même, les travaux ne modifiant ni le système de transmission, ni l'harmonie qui était la spécialité d'Alfred Oldknow.

Nous notons par la suite, un dépoussiérage par Yves Sévère en 1971, puis une intervention de André Mack en 1975 qui essaya d'alléger au possible le toucher des claviers, qui restèrent malheureusement assez durs.

 

La dernière intervention à noter sur l'instrument, est celle réalisée entre 2014 et 2015 par Andrew Cooper (île de Wight), qui effectua un relevage complet de l'instrument, qui était alors à bout de souffle. Aucune modification n'a été apportée à l'instrument, les modifications de Beuchet-Debierre ayant été conservées. Un tuyau de façade, disparu à une époque indéterminée, fut reconstitué avec beaucoup de minutie par "The Upright Gilders".

(Il faut noter que chacun des relevages de l'instrument ont été financés uniquement grâce aux fonds de la paroisse Saint-Bartholomew (qui est totalement indépendante financièrement) et aux dons des paroissiens. Il est admirable de voir la vivacité et la volonté d'une telle paroisse, attachée à la mise en valeur de son patrimoine).

 

Nous sommes donc en présence d'un instrument certes de taille restreinte, mais doté d'une belle personnalité, dont l'accent anglais ravit tant les musiciens que les auditeurs. Pendant près de 110 ans, cet orgue fut le seul orgue anglais du département d'Ille et Vilaine. Il est également l'un des derniers témoignages quasi-intacte de la facture de Alfred Oldknow, avec le grand-orgue de l'église Saint-Malo de Dinan, construit en 1889 (qui reste le plus grand qu'il ait construit en Bretagne, 3 claviers et 24 jeux, classé Monument Historique). Ces deux instruments sont donc les seuls orgues anglais de Bretagne à être restés dans leurs lieux d'origines.

 

L'instrument est utilisé chaque dimanche pour l'office (entièrement en anglais bien sûr, avec thé/café et scones à l'issue de l'office), il est également utilisé pour quelques concerts, organisés par la paroisse, durant l'année, sans oublier bien entendu le fameux "Carol Service" au mois de Décembre, avec ses lectures et ses chants de Noëls, attirant un public extrêmement nombreux, venu de toute la région !

Ainsi l'église, l'orgue et le cadre sont très immersifs et nous conduisent pour quelques instants aux fins fonds de l'Angleterre !



Liste des organistes

Il est assez difficile d'établir la liste complète des organistes de Saint-Bartholomew depuis 1894, d'autant plus que l'utilisation de l'instrument fut très sporadique entre la fin de la Deuxième Guerre Mondiale et les années 1990. A l'heure actuelle nous ne savons même pas qui fut le premier organiste de l'instrument, ni même qui l'inaugura, mais il est néanmoins permis de penser que Alfred Oldknow participa à l'inauguration, comme il le faisait de coutume jusque là. Il est possible aussi que des organistes locaux aient pu participer à l'inauguration, en particulier Frédéric Arscott, organiste d'origine anglaise, qui fut titulaire l'orgue de l'église Saint-Malo de Dinan, et Constant Bricout, organiste titulaire de l'église de Saint-Servan, tout deux participèrent à l'inauguration de l'orgue Oldknow de Dinan en 1889.

 

Néanmoins nous pouvons déjà relever les nom de quelques organistes:

Entre les années 1950 et 1960 ce fut Mme Bord (qui était également organiste de l'église de St-Enogat). 

 

Entre 1995 et 2015, plusieurs organistes se sont succédé:

 

-Margaret Bodin

-Lynn Savage

-Barbara Brichall

-Anne Dobinson

-John Marshall

-Gordon Maxwell

-John Davey (titulaire entre 2007 - 2015)

-Eric Cordé (titulaire depuis Novembre 2015)